Les Haïtiens manifestent contre le viol après que des étudiantes aient été agressés sexuellement


A l’initiative de l’Université Quisqueya (UNIQ), plus de 1 000 Haïtiens sont descendus dimanche 26 mai 2019 dans les rues de la capitale, Port-au-Prince, pour dénoncer les violences sexuelles perpétrées dans le pays après que deux étudiantes aient été violés collectivement la semaine dernière.

En ce jour devant marquer la célébration de la fête des mères en Haïti, les marcheurs, vêtus de blanc, ont marché jusqu'au centre-ville de l'université où l'une des victimes récentes a étudié, passant sur le lieu de l'attaque tout en criant à haute voix pour imiter les cris des victimes de viol.

Le recteur de l'université Quisqueya, où l'une des victimes a étudié, a marché aux côtés de ses étudiants et les a encouragés à demander justice.

"La violence est en train de devenir un phénomène culturel et la société commence à tolérer la violence à l'égard des femmes", a déclaré Jacky Lumarque. "Nous devons dire non."

Pour sa part, la militante féministe Pascale Solage a déclaré : « Le viol est en train de devenir une forme de répression contre les femmes dans les quartiers populaires et les universités du pays ».

Expliquant le slogan de la marche #PaFeSilans, ou «ne vous taisez pas» en créole, Solages a déclaré: «Les victimes se taisent parce qu’elles ont honte et ont peur. Mais tout le monde doit mettre fin à ce silence : les témoins dans les communautés, les familles, quel que soit le lieu du viol, ne doivent pas rester silencieux. "

Il y a eu peu d'études sur les agressions sexuelles en Haïti, mais en 2017, le ministère de la Santé a publié une enquête selon laquelle 1 femme sur 8 déclare avoir été victime de violence sexuelle à un moment de sa vie.

Absolument rien ne peut justifier un viol. Les filles sont libres de marcher dehors à tout moment et peuvent s'habiller comme elles veulent », a déclaré Wilkenson Saint-Fleur, une étudiante qui a rejoint la marche.

« Nous ne vivons pas dans une jungle. Les autorités doivent maintenant assumer leurs responsabilités vis-à-vis du public qu’elles ont juré de protéger, faute de quoi les citoyens se feront justice eux-mêmes et nous sombrerons dans le chaos », a-t-il déclaré.

Haïti est dominée par une culture patriarcale et, à la suite des attaques de la semaine dernière, plusieurs commentateurs, dont Valéry Numan, journaliste de vedette de Vision2000, ont publiquement demandé si les femmes étaient responsables de leurs viols à cause de ce qu'elles portaient. Ce qui a provoqué un tollé au sein de la société notamment sur les réseaux sociaux.

Il importe de souligner que cette marche a reçu le soutien de nombreux secteurs et personnalités politiques remarqués durant le parcours. Il s’agit des organisations de femmes telles que la SOFA, Kay Fanm, Réseau National de Défense des Droits Humains. Lilianne Pierre-Paul, l’icône de la radio Kiskeya a pris part à la marche y compris le député de Pétionville, Jerry Tardieu (VERITE). La présence de la mairesse de Tabarre, l'actrice Nice Simon battue violemment par son conjoint il y a quelques mois, a été remarquée aussi y compris l'actrice Gessica Généus.


 THE ARTIFACT MANIFAST: 

 

This is a great space to write long text about your company and your services. You can use this space to go into a little more detail about your company. Talk about your team and what services you provide. Tell your visitors the story of how you came up with the idea for your business and what makes you different from your competitors. Make your company stand out and show your visitors who you are. Tip: Add your own image by double clicking the image and clicking Change Image.

 UPCOMING EVENTS: 

 

10/31/23:  Scandinavian Art Show

 

11/6/23:  Video Art Around The World

 

11/29/23:  Lecture: History of Art

 

12/1/23:  Installations 2023 Indie Film Festival

 FOLLOW THE ARTIFACT: 
  • Facebook B&W
  • Twitter B&W
  • Instagram B&W
 RECENT POSTS: 
 SEARCH BY TAGS: 
Pas encore de mots-clés.